22 septembre 2022
21 septembre 2022
21 septembre 2022
19 septembre 2022
19 septembre 2022
16 septembre 2022
16 septembre 2022
14 septembre 2022
12 septembre 2022
05 septembre 2022
02 septembre 2022
01 septembre 2022
29 août 2022
25 août 2022
19 août 2022
17 août 2022
01 août 2022
27 juillet 2022
23 juillet 2022
09 juillet 2022
08 juillet 2022
07 juillet 2022
07 juillet 2022
06 juillet 2022
06 juillet 2022
04 juillet 2022
28 juin 2022
24 juin 2022
23 juin 2022
21 juin 2022
19 juin 2022
17 juin 2022
14 juin 2022
13 juin 2022
13 juin 2022
12 juin 2022
01 juin 2022
30 mai 2022
30 mai 2022
25 mai 2022
17 mai 2022
16 mai 2022
13 mai 2022
12 mai 2022
10 mai 2022
24 avril 2022
20 avril 2022
19 avril 2022
13 avril 2022
13 avril 2022
11 avril 2022
07 avril 2022
06 avril 2022
06 avril 2022
05 avril 2022
30 mars 2022
29 mars 2022
29 mars 2022
24 mars 2022
22 mars 2022
21 mars 2022
18 mars 2022
Logo facebook
Logo Twitter
Logo Instagram

Louis Aliot, maire de Perpignan, communique

19 mars 1962

« En tant que Maire, je ne participerai pas aux cérémonies du 19 mars, car cette date n’est pas celle de la paix, mais celle du début des massacres.

Après cette date, plusieurs centaines de soldats et plusieurs milliers de civils français et musulmans ont été enlevés et assassinés ou ont disparu, et 150 000 Harkis ont été sauvagement torturés ou mis à mort par le FLN et ses complices dans les semaines qui ont suivi le soi-disant cessez-le-feu.

Commémorer le 19 mars 1962 constitue une insulte pour tous, militaires, harkis, et civils de toutes origines et de toutes religions tombés pour la France après cette date.

Le 19 mars 1962 est la conséquence directe de la défaite politique négociée, acceptée et assumée par le gouvernement de cette époque ! Il est pour nous la marque d’un abandon et d’une tragédie qui aura couté la vie à des milliers de civils innocents ! »

Louis Aliot, maire de Perpignan

 

PROGRAMME - SAMEDI 19 MARS 2022 :

  • 10 h 00 : inauguration de l’exposition en présence de familles de personnes disparues après le 19 mars 1962, dans le patio de l’Hôtel de Ville.
  • Prises de parole
  • Mise en berne du drapeau tricolore

Partager cette page sur